Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 12:58

Généralement, il est conseillé d'attendre plusieurs mois entre deux Ultra-trail... Mais l'échéance de la Réunion dans un peu plus de trois mois me poussait (en plus de Coach David) à tenter ma chance dans ce bel enchaînement Verdon (100km - 6700m) - Canigou (58km - 4200m) en l'espace d'une seule semaine !!

 

Acte 1 - Verdon Canyon Challenge : Abandon au 82ème KM sur 100 (21h de course)

 

Annoncés et bien présents, le soleil et la chaleur (plus de 40° en plein soleil) ont animé une course exceptionnelle dans un site prodigieusement magnifique... 204 partants le samedi à 4h du mat', seulement 114 Finishers et 90 abandons dont la moitié traitée par les 1er secours !!!

 

DSC00585L'entrée du Canyon du Verdon...

 

En ce qui me concerne, ce fut une très belle course où les sensations étaient excellentes, lambes et têtes gonflées à bloc toute la journée, une bonne gestion de course (ravito, rythme adapté...), les copains à mes côtés... jusqu'au KM80, un peu avant l'avant dernier ravito vers minuit soit 21h de course...

 

 

Mes pieds gonflés me faisaient souffrir de plus en plus (voute et talon) à cause de la chaleur du sol et des frotements liés à la marche. Je ressentais une sorte de cisaillement sous les pieds à chaque pas irréguliers... autant dire tout le temps.

 

Le manque de fraicheur physique commençait à déteindre sur le mental et je me suis mis à faire de mauvais calculs (il me reste tant de KM, telle difficulté, tant de temps... est-ce que je peux le faire...).


DSC00597

 

Bref, tout ce qu'il ne faut pas faire à ce stade de la course... Ravito du KM82 atteint dans la nuit claire avec les deux Richard et Bruno, je m'allonge sur une banquette pendant 10 min, puis je me fais masser par les kinés (20 min). Bruno et Richard 1 dorment aussi, Richard 2 abandonne tout de suite... Je prends une soupe et commence à discuter avec tous le monde et Richard... Que fait-on ? On nous propose un Gite pour dormir bien au chaud... avant de repartir pour les 18 derniers KM. Bruno repart...

 

N'ayant pas su entendre cette belle propositiond e repos au sec, Richard et moi décrochons le dossard... ERREUR FATALE !!!!!!!!!!!!

 

2 ou 3 heures de repos avec mon ami Richard sur un bon lit bien au chaud aurait probablement été salutaire pour cette fin de course... Au pire (peu probable), un réveil avec les pieds toujours endoloris ne nous aurait pas permi de reprendre la route... Dans le cas contraire (très probable), un nouveau départ vers 4h, au petit matin , nous aurait permi d'atteindre tranquillement la ligne d'arrivée au bout de 30 ou 31h de course... un temps tout à fait honorable pour ce format de course...

 

Que de regrets, mais c'est ainsi la dure réalité de l'Ultra... Mon manque d'expérience est criant dans ces moments de course. Mais j'ai énormément appris de cet incident.

 

Pour le reste de la course, je reviens avec des souvenirs plein la tête, entre les paysages somptueux, les passages extrémement difficiles à flanc de parois comme le "vidal" ou à flanc de falaises (400 à 700m de vide)...

DSC00559 DSC00557
 Le fameux vidal, vertigineux... Un des nombreux passages délicats...

 

J'ai eu l'occasion aussi de découvrir les joies des ravito avec massage (KM50 et KM82) indispensables sur ce format de course... Surtout avec les petites mimies qui s'y trouvent...


DSC00598b

Massage au KM 50, ça fait vraiment du bien...


Au final, sur notre groupe de 11 angevins, seulement 2 franchiront la ligne (David en 24h et Bruno en 27h)... Quant à moi, la course s'arrêta au KM82 après 21h de course et environ 5600m D+...

 

Pour voir toutes les photos du Verdon, cliquez ici

 

Acte 2 - Canigou Aventure

 

Une semaine après le Verdon, David et moi nous embarquons sur la route du Canigou (Pyrénées Orientales) pour une nouvelle course technique et difficile. Départ samedi à 6h pour les 140 participants d'une course Off sans chrono et "très amateur"...

 

Dès les premiers mêtres, David et moi prenons la tête de la course, puis rapidement les "coureurs" nous dépassent et nous emmènent dans la mauvaise direction... Demi-tour et nous nous retrouvons aussitôt en queue de peloton... Mort de rire !!!


30062012617David, sur un petit sentier...

 

Une petite montée, à moitié sur route, pendant 1,5km nous enfonce un peu plus dans les dernières places, tellement les concurrents galopent... David avec sa légendaire expérience me dit : "t'inquiète Greg, on comptera le nombre de coureurs que l'on remontera entre le sommet du Canigou (KM34) et l'arrivée (KM61,6)..."

 

Finalement, la remontée débutera vers le KM 28 et nous terminerons tranquillement 35 et 36ème sans vraiment courir... à part en descente (5,2km/h de moyenne).


30062012625

Une nature sauvage exceptionnelle

 

Une nouvelle fois, ce fut une course très exigente dans la difficulté du parcours, la longueur (61,6km au lieu de 58), du terrain (jamais de répis, un sol irrégulier, l'altitude et les grandes distances entre les ravito...)... Un plafond bas jusqu'à 1500m, du soleil et un vent terrible au dessus, nous n'avons heureusement pas souffert de la chaleur...

 

Le moment le plus intense de la course fut sans hésitation la montée au sommet du Canigou par la "cheminée", véritable conduit vertical (200m D+) :


30062012638 30062012639
 Vue d'en bas...
 ... vue d'en haut

 

30062012643

Derrière, le Pic du Canigou (2800m)

 

Une fois en haut, il fallait bien redescendre... Nous amorçons donc une portion très technique entre petits et gros blocs de pierres, puis un sentier plus praticable... Des petites crampes font leur apparition, mais seulement quelques minutes dans les passages plus costauds de la descente... J'en profite aussi pour admirer ce beau paysage et crac, ma cheville droite se dérobe sur une petite pierre, chute.... Plus de peur que de mal, je m'assois, souffle 2 minutes puis reprends ma course jusqu'au ravito, 1km plus loin.


5 minutes de pause, car je n'ai pas vraiment faim et on repart pour  une descente de 16km et 2200m D- sans discontinuer... Les 2 derniers km de descente furent extrèmement difficiles tant il était impossible de se reposer... La pente nous entraînait carrément vers l'avant, donc marche quasiment impossible...

 

C'est avec un grand soulagement que j'atteignais enfin le dernier ravito (KM52), avant que David me dise : "allez Greg on y va", à peine 5 min après notre arrivée...

 

La fin de course (10 km) n'est pas une cinécure, car le manque de fraicheur physique dû à cet enchainement de courses en si peu de temps, commence à se faire sentir... Derrière moi, David traine un peu pendant près de 4km à la faveur d'un petit sentier technique en montée... Un groupe de 5 nanas du coin et plus fraiches nous laisse quasiment sur place tout en tatassant... Dur !!!

 

Après une portion de route (500m), nous plongeons vers la dernière difficulté du jour en sous bois (3KM - 250 D+). David repasse devant puis s'éloigne tranquillement alors que je commence à me sentir un peu mal, j'ai la tête qui tourne et je commence à manquer de jus... Je cherche 2 branches pouvant faire office de batons... Cela m'aide bien pour garder le rythme. La montée s'accentue sur 1km en virages, ma tête tourne toujours, je me pose quelques secondes puis repart (plusieurs fois). Avec mon GPS Garmin, je compte les mêtres restant jusqu'au Col histoire de me donner du courage.

 

Enfin, j'atteinds le col où 2 femmes attendent leurs maris, elles m'encouragent... Je balance mes batons en les remerciant, puis je file en marchant dans la descente (1,5km sur route et sentier) jusqu'à l'arrivée un peu plus bas...

 

David, arrivée 12 min plus tôt, vient à ma recontre une bière à la main pour les 50 derniers mêtres... J'entre dans la salle des fêtes du village où les premiers arrivants applaudissent... Finisher en 11h50 (61.6km - 4000m)

 

30062012644

Bien cramé, je savoure la bonne récompense du Finisher...

 

Deux bonnes bières bien méritées, une bonne douche froide et un bon gros repas sont évidemment bien appreciés après cette belle course bouclée en 36ème position (sur 130 à l'arrivée)...

 

Pour voir toutes les photos du Canigou, cliquez ici

 

Bilan de la semaine :

 

Quelle satisfaction d'avoir pu enchaîner ces deux courses extrèmement techniques et difficiles avec si peu de temps de récupération, sans avoir jamais éprouvé de réelles difficultés, ni physiques ni mentales, à l'exception de ce fichu abandon dans le Verdon, duquel je retire finalement beaucoup d'enseignements...

 

Physiquement, la récupération d'après course a été excellente, car dès le lendemain, je galopais comme un lièvre... et avait l'envie de repartir en course... J'avoue aujourd'hui être pressé d'en refaire une rapidement !!!

 

Dans l'optique de la Réunion (dans 3 mois), je suis content d'avoir réalisé cet enchainement de 143km et 9600m en une seule semaine, pratiquement l'équivalent de ce qui m'attends à travers Cilaos et Mafate... Il manquera cependant toujours ces fichus 18km du Verdon pour bien boucler la boucle....

 

Prochaine échéance à définir, car le déplacement dans le Mont Blanc fin aout (CCC - 98km) est compromis et devrait être remplacé par une autre organisation...

 

See you soon

Greg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

CONSULTEZ LA REVUE DE PRESSE