Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 09:00

Et voilà, cette longue saison est terminée, place au repos et à la récupération car mon corps en a bien besoin...

 

Vendredi dernier, j'ai donc pris la route de Millau (Aveyron) avec Papa pour participer à l'Ultra endurance des Templiers (106km - 3500m). La course s'annonçait bien, dans le froid, mais avec le soleil et dans un cadre exceptionnel : les Gorges du Tarn, de la Dourbie et de la Jonte, ainsi que le Causse Noir.

 

Le départ était prévu à 4h du mat, la nuit a donc été courte et très fraiche (0°) dans le coffre aménagé du CMAX. La température et à un vent glacial ont donc marqué ce départ très matinal. Après quelques KM sur la route, première montée assez ardue avec des passages très inclinés. Au bout d'1h15, j'atteins ce premier sommet en bonnes conditions mais à peine réchauffé puis s'enchaine un long plateau sur le causse noir d'environ 11km à plat. Dans le froid et la nuit, j'avoue que c'était assez chiant... Descente vers le 1er ravito au Rozier (KM22) où je fais le plein de chaud et de salé (soupe, formage, pain et coca), puis on repart avec une montée relativement douce d'environ 8km et à flanc de falaise (Gorges du Tarn) très impressionnante (route et Tarn en contrebas 400m sous nos pieds) avec de nouveaux faux plats jusqu'à St Rome de Dolan, lieu du 2ème ravito (KM35,5).

 

Et là, ca commence à ce gater... Mon chrono Garmin, pourtant chargé à bloc, me lâche au bout de 4h30 de course. Je n'ai donc plus accès à mes infos de course (km, dénivelé, chrono), tout juste l'heure avec ma montre... Sans repère notamment de distance, ca va compliquer les choses... 

DSCN3657St Rome de Dolan en face

 

 Arrivée à St Rome de Dolan à 9h15, soit 5h15 de course. Il fait toujours aussi froid (4-5° max) et ma douleur sous le pied droit n'est pas intense, mais présente... Au ravito, je paume l'appareil photo de Nadège, ma belle soeur qui me l'avait gentillement préter (une ame peu sympathique aura jugé bon de le prendre plutot que de le laisser sur la table où je me reposais...).

 

Bref après 25 min de pause, je reprends la route vers les Vignes en ayant fait le plein du ventre et de ma réserve d'eau. Le prochain ravito n'est que dans 30km !!!!! Cela m'inquiete un peu car je trouve ca loin et en faisant mes calculs, je pense y arriver vers 14h30, un peu tard pour manger...

 

La descente est très raide (-450m en 1,5km) et technique. Sur un passage de route, crac, une vive douleur sous le pied droit. Je m'arrete, m'étire un peu et repart en marchant. La douleur disparaitra en quelques minutes...

DSCN3664

Nous traversons le Tarn et remontons en face via un chemin mono-trace une nouvelle fois très incliné et instable... Sympa, je m'imagine à la Réunion dans le Cap Anglais... La montée est assez longue (3,5km - 450m).

 

Une fois en haut, au soleil je me change et passe un t-shirt sec, puis nous prenons une portion de 15km, toujours à flanc de falaise (encore plus beau qu'en face) sur une petite monotrace enchainant petites montées et descentes. Casse pattes, mais paysage très sympas. Le seul problème, c'est que nous sommes à l'ombre et la température déjà peu élevée au soleil, retombre nettement...

DSCN3666 DSCN3667

Au KM 50, il est déjà 12h30 et il me reste 16km avant d'arriver au prochain ravito, soit 2.5h de course...  Arrivée possible vers 15h, soit 1h20 avant la barrière horaire. Un point d'eau est positionné au KM56, je croise Papa qui me donne des canelés salés préparés par maman, car je crève de faim et rève d'un bon sandwich au jambon... Sauf que je dois encore attendre le prochain ravito au KM 66. Au point d'eau, l'organisation propose.... de l'eau. Plus de coca, plus rien de sucré... Je me prépare une petite potion dans un verre, le temps de remettre mon sac pour repartir, le verre disparait, vidé par un gars de l'organisation, merci !!!!

 

Depuis quelques KM, je ressens une douleur derrière le genou droit au niveau du tendon externe. Je discute avec un gars de lorraine qui m'a rattrapé et qui me dépose dans une mini descente... Je n'arrive pas à maintenir un léger pas de course (7-8 km/h), ni sur plat, ni en descente... Les choses se compliquent et je pense déjà à l'éventualité de m'arrêter car en marchant, je vais froler l'élimination au prochain ravito (barrière fixée à 16h20). Et puis, je n'ai pas envie de me faire mal et trainer une blessure tout l'hiver. Je reste donc très prudent.

 

Une très belle descente vers la Dourbie en mono-trace dans un creux de montagne sur environ 5km nous mène jusqu'aux Douze, petit village au fond des Gorges de la Dourbie au KM62. Dans la descente, j'essaye de relancer mon pas de course, mais le genou me tiraille toujours autant. C'est décidé, au prochain ravito, KM 66, je marrête.

 

 

Dans le petite village des Douze, à l'ambiance accordéon avec le club du 3ème age, je me pose les fesses sur une pierre. Devant moi, un gars abandonne, il est vidé. Je suis pas loin de le suivre... Je me remet en route, il est 15h15 et je suis au pied de 4km de montée (durée environ 1h). A ce rythme, je serais proche d'être hors délai en haut. Cela vaut-il le coup de galérer en marchant avec les barrières horaires ? La réponse est rapide, NON.

DSCN3675

Je rends donc les armes au KM62 (environ 3500m D+) après 11h15 de course pour ne pas m'esquinter davantage. J'appelle papa qui m'attend là haut. Il viendra donc me chercher en bas en 20 min pour retourner à Millau et reprendre aussitôt la route de l'Anjou.

 

Bilan de la course :

1- Le froid m'a certainement vidé... comme mon Garmin !

2- L'organisation était assez légère : pas de ravito complet salé entre le KM36 et le KM66 soit entre 10h et 16h... Trop long ; barrières horaires très serrées.

3- Je n'étais certainement pas encore tout à fait remis du Grand Raid des Pyrénées (2 mois avant), mes réserves étaient peut être encore un peu justes...

4- Des paysages magnifiques que je connaissais déjà, mais ca vaut vraiment le coup !!

5- Malgré la douleur, j'avais de nouveau un mental d'acier, ca c'est bon...

6- Je n'aime pas trop les courses où le plat domine le denivelé en distance... Même avec 4600M D+ annoncés, sur 106km, il y a quand même prêt de 60km de plat et faux plat... Trop pour moi, je préfère quand ca monte et descend !

 

Place maintenant au repos. Je prévois une reprise des entraînements fin janvier-début février avec une première course courant mars.

 

A très bientôt et n'oubliez pas votre parrainage.

 

Greg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Greg 02/11/2011 16:49


Comme me le rappelait un "admirateur" à la fin de l'article publié sur Saumur Kiosque : L'échec est le fondement de la réussite disait "LAO-TSEU" ( philosophe chinois). C'est aussi le moyen
d'acquérir une précieuse expérience. La réussite sera au rendez vous l'année prochaine.

Merci pour vos commentaires et votre fidélité.


Xavier 01/11/2011 16:38


Salut Greg,

Bon sang, à une semaine d'écart, j'ai l'impression de lire à peu près le compte rendu de ma propre course. 2 mois après les Pyrénées, c'était sûrement trop juste, je crois que tu as raison. Bonne
fin d'année sportive !


maratrail2012 02/11/2011 16:48



Comme me le rappelait un "admirateur" à la fin de l'article publié sur Saumur Kiosque : L'échec est le fondement de la réussite disait "LAO-TSEU" ( philosophe
chinois). C'est aussi le moyen d'acquérir une précieuse expérience. La réussite sera au rendez vous l'année prochaine.


Merci pour vos commentaires et votre fidélité.



papa maman 31/10/2011 09:18


t'es quand même un champion,nous sommes fiers de toi .Bisous plein d'amour et merci pour les émotions.


Pedro machuca 28/10/2011 16:06


Tomaste la decisión correcta cuñao. El cuerpo es sabio. Cuando nos manda el mensaje de dolor, tenemos que hacerle caso y parar (Ya sé que soy el menos indicado para dar este consejo¡¡¡). Pero como
todo suma, tuviste la ocasión de sumar otros 66 Km. a tu preparación y eso en el total te servirá en un futuro. Mucha fuerza y ánimos de aquí en adelante. Descansa y recupera fuerzas para el año
que viene. Tu gran reto está mas cerca. Un abrazo Greg.


CONSULTEZ LA REVUE DE PRESSE